lundi 6 juin 2016

Ere - Toussaint PENNEQUIN

A Ere, village de la proche banlieue de Tournai, les PENNEQUIN sont très nombreux, c'est peut-être même le patronyme le plus fréquent.  Peut-on conclure que tous les PENNEQUIN du Tournaisis ont un ancêtre né à Ere ?  Personnellement, je pense que c'est possible même s'il sera difficile de le prouver.  Comme souvent le manque d'archives anciennes ne facilite pas les choses.  Pourtant, je reste convaincu que tous les PENNEQUIN du Tournaisis (ou presque) ont un ancêtre à Ere et aussi qu'ils descendent d'un seul et même individu : Toussaint PENNEQUIN.

Qui était donc Toussaint PENNEQUIN ? Voici ce qu'on sait de lui au travers des archives.

Les registres paroissiaux d'Ere débutent en 1660.  En complément, un semainier couvrant la période 1656-1665 apporte aussi des éléments intéressants, notamment des messes pour des défunts, des fiançailles, bans et mariages (Archives de l'Etat à Tournai, Archives paroissiales, Ere n°2 - Publication dans le Bulletin Généalogique n°64 de décembre 2005 des informations pertinentes utiles au généalogiste).
Finalement, peu de PENNEQUIN dans les premières années des registres.  On citera notamment Nicaise PENNEQUIN parrain d'un enfant en 1662 et le mariage de Jean COUSIN et Elisabeth PENNEQUIN en 1668, en présence notamment de Jean-Baptiste PENNEQUIN.  Et toujours pas de trace de Toussaint PENNEQUIN.
Les archives paroissiales d'Ere, consultables aux Archives de l'Etat à Tournai apporteront des éléments intéressants (l'inventaire de ces archives comme de nombreux autres inventaires est consultable sur le site des Archives de l'Etat, cela permet de bien préparer une visite aux archives).
Le 25 novembre 1706, Jean-Baptiste PENNEQUIN fils de Toussaint, et Elisabeth DELERUE sa femme, font leur testament et ordonnances de volontés dernières.  Et voici qu'apparaît Toussaint PENNEQUIN !
Jean-Baptiste et son épouse souhaitent être inhumés au cimetière d'Ere, vis-à-vis du côté du petit portail et qu'il soit posé une pierre sépulcrale de leur trépas sur la muraille de ladite église, enchassée dans une pierre noire avec deux têtes de morts.  Ils fondent deux obits annuels et à perpétuité en l'église d'Ere et donnent pour cela à l'église dudit Ere, six cens de terre labourable situés dans le village.  Leurs biens immobiliers appartiendront à leurs enfants et Nicolas PENNEQUIN leur fils est nommé exécuteur testamentaire.
En 1730, les enfants desdits Jean-Baptiste PENNEQUIN et Elisabeth DELERUE partagent les biens à eux échus du chef de leurs feus père et mère.  Lesdits enfants sont : Nicolas, Antoine, Adrien, Amand, feue Marie Barbe (représentée par Pierre Augustin DURIEU son époux) et feu Toussaint PENNEQUIN (Michelle DELNESTE son épouse)
Inscription de la pierre sépulcrale de Jean-Baptiste PENNEQUIN et Elisabeth DELRUE

Jean-Baptiste PENNEQUIN était donc né vers 1643 et son père, Toussaint, est donc probablement né au début du 17e siècle.  On ne sait pas encore grand chose, mais on l'a trouvé.

Et puis le hasard fait bien les choses.  En fréquentant régulièrement les dépôts d'archives et en discutant avec les vieux généalogistes, ceux qui font de la généalogie à l'ancienne, qui ne fréquentent pas les réseaux sociaux et ne mettent pas leur généalogie sur Internet, on apprend souvent énormément.
C'est ainsi que je découvre les registres des plaids d'Ere.  Deux registres, plus de 1000 pages au total, couvrant la période 1662-1710 et plutôt très mal écrits.  Mais ce ne sont pas les écritures anciennes qui me font peur (bien au contraire) et je me lance dans la lecture difficile de ces documents fragiles.
Déjà, il faut comprendre ce qu'est un registre de plaids.  Pour faire bref, ce sont des assemblées où se jugent les procès.
La majorité des affaires jugées à Ere, restent très simples.  Voici un exemple :

27/09/1662 – Plaids tenus par Antoine GILLES lieutenant de la terre et baronnie d’Ere, en présence des échevins y servant tels que Toussaint PENNEQUIN, Arnould COQU, François MARCHAND, Louis MONNET, Nicolas BRUNIN et Bon PREVOST
·         Rapport [Jean] MINET
  • Le lieutenant contre Allard DEBAISIEU de R…, pour avoir trouvé 2 bêtes à cornes à la taille de 2 ans, paissant et broutant des bois de …
  • Lui contre Nicaise DUMONT dudit lieu, pour avoir trouvé ses bêtes à cornes en même mesus
  • Lui contre Charles GRAVELINE, pour avoir trouvé son fils coupant des … audit bois
·           Rapport [Antoine] DUTRIEU
  • Ledit lieutenant contre Quentin WAUCQUIER de Rumes, pour avoir trouvé ses bêtes à cornes paissant et broutant à la taille à Colle
  • Lui contre Jacques LEJ… de Mouchin
Les coupables sont très souvent des animaux !  On apprend en tout cas que Toussaint PENNEQUIN était échevin d'Ere.

On rencontre aussi régulièrement des plaintes pour non paiement pour des occupations de terres


Toussaint PENNEQUIN en qualité d’égliseur de l’église paroissiale d’Ere, s’est fondé en plainte sur un lieu manoir, jardin et héritage contenant environ 12 cens, tenant à 2 cens de terre de la chapelle dudit Ere, d’autre aux hoirs Georges BROHE et au chemin menant du pont dudit Ere en Tournai, et ce pour avoir paiement et solution de 18 années d’arriérages de rente fonsière ; item le même lieu et jardin à cause d’un obit fondé en ladite église pour pareil terme de 18 années ; finalement sur 2 cens de jardinage tenant aux dits hoirs BROHE et aux terres de la chapelle dudit Ere, pour avoir solution et livraison de 18 années de rente fonsière ; les dits biens appartenant à Hendericq BOURGOIS.  Cité : Philippe BRUNIN fermier des dits biens

En 1664, on apprend que Toussaint PENNEQUIN est âgé d'environ 56 ans :


En 1665, on apprend que Jean COUSIN a blessé à sang coulant Jean-Baptiste PENNEQUIN (probablement fils de Toussaint)

J'ai gardé le meilleur pour la fin.  En poursuivant la lecture du registre de plaids, j'ai découvert le testament de Toussaint PENNEQUIN.  Je n'ai pas vraiment compris pourquoi le testament était retranscrit dans ce registre, mais peu importe, cela apporte beaucoup d'informations.
Le 7 décembre 1678, Nicaise PENNEQUIN comparait devant les lieutenant et échevins de la baronnie d'Ere et présente le testament et ordonnance de volonté dernière d'à présent défunt Toussaint PENNEQUIN, dont la teneur s'ensuit.

Testament de Toussaint PENNEQUIN (page 1, Archives de l'Etat à Tournai, Archives locales C2780)

Le testament fait 8 pages et ce n'est pas du tout facile à lire !  Je pense néanmoins avoir pu y trouver les éléments importants.



Toussaint PENNEQUIN demeure à Barges paroisse d'Ere (Barges est un hameau d'Ere, traversé par le rieu de Barges (pour plus d'infos : http://optimiste.skynetblogs.be/archive/2011/03/28/tournai-le-rieu-de-barges.html).  Il est greffier de la seigneurie de Baraffe.
Il souhaite être inhumé dans l'église paroissiale d'Ere.
Ses biens iront à ses enfants : Jean-Baptiste PENNEQUIN fils aîné qu'il a retenu de Michelle LEJEUSNE sa première femme, les enfants d'Elisabeth PENNEQUIN femme à Jean COUSIN le jeusne, les enfants de Catherine PENNEQUIN femme à Jean DEBAISIEU, lesdites Elisabeth et Catherine ses filles de premières noces.  Il leur donne notamment une maison, chambre, étable, jardin, lieu et héritage gisant à Ere, à prendre à l'encontre de Pierre ..., item une pièce de 6 cens de terre labourable.
Ils donnent à ses enfants de secondes noces qu'il a eus avec Jeanne FREMIN, savoir Nicaise PENNEQUIN et les enfants à naître de Jeanne PENNEQUIN épouse d'Antoine GILLES, la moitié d'un vieux bonnier de terre ; item 10 cens de terre à labeur gisant audit Ere.
Il dénomme pour exécuteur testamentaire, ledit Nicaise PENNEQUIN.
Passé le 15 novembre 1678.

En conclusion, on sait que Toussaint PENNEQUIN est né vers 1608, qu'il était greffier de la seigneurie de Baraffe et qu'il est décédé entre le 15 novembre et le 7 décembre 1678.
Il a été marié en premières noces avec Michelle LEJEUSNE de laquelle il a retenu trois enfants : Jean-Baptiste, fils aîné (marié avec Elisabeth DELRUE), Elisabeth mariée à Jean COUSIN et Catherine mariée à Jean DEBAISIEU.
En secondes noces, il a épousé Jeanne FREMIN, dont Nicaise et Marie Jeanne mariée à Antoine GILLES.

De là à dire que Toussaint PENNEQUIN est l'ancêtre de tous les PENNEQUIN du Tournaisis, je sais que cela reste osé.  Mais j'ai constaté que les PENNEQUIN apparaissent dans la région à Ere vers 1650.  Avant, on n'en retrouve pas dans la région.  Tous les PENNEQUIN d'Ere descendent de Toussaint PENNEQUIN.  C'est probablement le cas pour ceux rencontrés dans les communes voisines.  A ce jour, il n'est cependant pas possible de raccrocher tous les PENNEQUIN de Tournai à ceux d'Ere, essentiellement à cause des nombreuses lacunes des registres paroissiaux de Tournai et du manque d'archives anciennes.  On peut encore regretter les nombreuses destructions de 1940.
Dernière énigme qui sera certainement très difficile à résoudre : d'où vient Toussaint PENNEQUIN ? Probablement pas d'Ere ou du Tournaisis.  Pour moi la piste à suivre est le Nord de la France, où les PENNEQUIN sont déjà nombreux avant 1650.

Fin d'un long article.  Suite mardi avec la lettre F, certainement à Froidmont ou Froyennes, mais rien n'est encore écrit...



1 commentaire:

  1. Merci Damien pour cette enquête passionnante. Vivement demain !

    RépondreSupprimer